•  
  •  
  •  
  •  

Didier Awadi : « la Sénégalaise de l’Automobile me soutient depuis des années »

On le connait pour son franc-parler et sa musique à caractère engagé. Didier Awadi, pionnier du mouvement hip-hop au Sénégal, est aussi un grand passionné d’automobile, soutenu dans ses projets depuis de nombreuses années par la Sénégalaise de l’Automobile. « Back Again » le dernier clip du PBS, duo qu’il forme avec son complice Dug E Tee, a été tourné dans notre atelier Mercedes-Benz. C’est un plaisir de l’écouter se remémorer avec nostalgie le souvenir de sa première voiture ou l’entendre évoquer son amour pour la marque Mercedes. Entretien…

La Sénégalaise de l’Automobile (LASA) : Les références aux belles voitures sont un classique des textes de rap. Les rappeurs aiment tourner leurs clips au volant de véhicules de luxe. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Didier Awadi (D.A) : Les rappeurs proviennent souvent de milieux défavorisés. Ils ont parfois le fantasme de la réussite et certains arrivent à transformer ce fantasme en réalité. Pour eux, montrer cette réussite aux autres, c’est quelque part les inciter à y arriver. Montrer que le rêve américain est possible. Chez les Américains, la réussite est souvent liée à la voiture. Plus tu proviens d’un milieu défavorisé, plus tu peux avoir tendance à exagérer dans l’étalage du luxe, dans le show-off. Tout ce que tu n’as pas eu et que tu rêvais d’avoir, tu le mets en lumière. (…) Les voitures font désormais partie de la culture hip-hop. C’est comme porter des chaussures de sport qui coûtent extrêmement cher, sans pour autant les utiliser pour faire du sport. Ce sont des artifices. Il y a ceux qui s’arrêtent aux artifices et ceux qui n’y prêtent pas attention. C’est selon la maturité de chacun (…) A titre personnel, il est rare de me voir avec des voitures de luxe dans mes clips. Pour « Back Again », c’est plus l’aspect esthétique qui m’intéressait (…)

LASA : Justement, comment est née l’idée de tourner le clip « Back Again » du PBS dans l’atelier Mercedes-Benz de la Sénégalaise de l’Automobile ?

D.A : Je voulais tourner le clip dans un hangar, pas forcément avec des voitures. Puis nous nous sommes dits finalement que de belles voitures, avec des phares allumés, ça apporterait vraiment quelque chose en plus sur le plan esthétique. Pour moi, ça fait surtout partie du décor. Dans le clip, nous sommes au volant d’une Mercedes E-200 mais on ne nous voit pas la conduire.

LASA : Qu’est-ce que que cela vous apporte d’être soutenu par une société comme la Sénégalaise de l’Automobile ?

D.A : La Sénégalaise de l’Automobile m’apporte énormément de conseils dans mes projets. Il y a très peu de sociétés actives sur le plan du mécénat à Dakar. Sur certains projets, nous avons besoin d’être soutenus financièrement. La Sénégalaise de l’Automobile arrive à le faire ou à nous mettre en rapport avec des personnes ou des sociétés à même de nous soutenir. Nous travaillons ensemble depuis des années. Nous réalisons pour eux des spots audiovisuels. Ils nous font confiance. C’est un partenariat « Win-Win ». C’est une belle collaboration. La Direction m’a soutenu à une période où personne n’osait le faire. Vraiment personne. Ils ont eu le courage de me soutenir à une période où mon discours effrayait beaucoup de monde.

LASA : Qu’est-ce que vous essayer d’apporter à la Sénégalaise de l’Automobile, dans le cadre de votre collaboration ?

D.A : Je mets en valeur certains de leurs produits (…) J’en fais aussi acheter à des amis. Chaque fois qu’ils veulent acheter des voitures, je les oriente vers la Sénégalaise de l’Automobile. J’estime que la collaboration ne doit pas être à sens unique. Je fais tout pour apporter quelque chose à la Sénégalaise de l’Automobile. Pour moi c’est important et c’est à partir de là qu’on peut parler de partenariat.

LASA : Vous-vous souvenez de votre première voiture ?

D.A : Ma première caisse, c’était une Mazda 626. Elle était vraiment pourrie. Elle appartenait à un habitant du quartier qui ne l’utilisait plus. Le jour où j’ai eu un peu d’argent de côté, j’ai eu le choix entre acheter une grosse voiture où en acheter une pour me dépanner. J’ai choisi cette voiture parce que pour moi, ce n’est pas forcément la voiture qui fait le job, c’est l’homme qui fait le job. J’ai acheté cette voiture et je n’ai rien changé, à part la Sono. J’en ai mis une énorme. Tout le monde voulait me racheter la voiture, rien que pour la sono. On me disait : « je t’achète la voiture, je prends la sono, je te rends la voiture après ». J’avais la meilleure sono de Dakar. Ça me permettait de contrôler les mix de mes sons. J’ai fini par offrir cette voiture à l’un de mes amis.

LASA : Qu’est-ce que vous conduisez aujourd’hui ? Il y a une Mercedes Classe C garée devant le studio Sankara, est-elle à vous ?

D.A : Oui, et c’est grâce à la Sénégalaise de l’Automobile que je me l’a suis procurée. La première voiture neuve que j’ai conduit, c’est une Mitsubishi Nativa et c’était déjà grâce à la Sénégalaise de l’Automobile. Ils m’ont mis en rapport avec la banque avec laquelle j’ai fait l’opération. Ensuite j’ai acheté une autre Mitsubishi, une Lancer. A chaque fois, la Sénégalaise de l’Automobile m’a fait de belles conditions.

LASA : On vous sait passionné de Mercedes ? Pourquoi cette marque ?

D.A : Parce que c’est la plus solide, la plus robuste. Quand tu conduis une Mercedes, tu te sens en sécurité à bord. J’aime bien les Mitsubishi aussi. J’ai toujours mon Nativa, je ne m’en séparerai pour rien au monde. Mais Mercedes, c’est encore autre chose.

LASA : Quelle-est la voiture de vos rêves ?

D.A : La Mercedes Classe S. C’est la voiture de mes rêves mais je ne peux juste pas me la payer. J’ai pu entrer dans celle d’un ministre. Terminer ses jours dans ça, c’est bon pour les os. Elle te masse, elle fait tout, tu sais qu’elle ne va jamais se retourner sur la route.

Découvrez Back Again, le clip du PBS tourné dans notre atelier Mercedes-Benz

Découvrez aussi les images du Making-Of en cliquant ici

Suivez toute l’actualité du Positive Black Soul sur leur page Facebook

Route de Koulikoro
BP E3105 Bamako - MALI
Tél. : +223 20 24 67 68/ 20 24 28 56
Fax : +223 20 24 12 41 www.malienne-automobile.com
AK-Project - communication interactive